Pour commencer, nous n'irons pas par 4 chemins et nous nous plongerons illico dans une des thématiques majeures de la philosophie, celle sans doute qui désigne le premier motif revendiqué par la philosophie: vouloir la vérité.
Vous l'avez tout de suite repéré: nous ne parlerons pas simplement de "la vérité", mais du désir qui meut un certain nombre d'entreprises humaines. Car cette volonté de vérité n'anime pas seulement la science et la philosophie: elle régule aussi nos rapports aux autres, dont nous attendons qu'ils nous disent la vérité que nous leur devons réciproquement. De "vouloir la vérité" à "devoir la vérité", il n'y a qu'un pas et nous le questionnerons lui aussi.
Ainsi, vouloir la vérité procède à la fois d'une passion et d'une injonction. Mais pourquoi vouloir la vérité? À quoi cette passion du vrai nous conduit-elle? Ne nous précipite-t-elle pas aussi parfois dans l'erreur, pressés que nous sommes de posséder la vérité, quitte à affirmer des énoncés dont nous ne sommes pas assurés? Vouloir la vérité, n'est-ce pas le plus souvent de facto vouloir avoir raison contre ceux qui ne penseraient pas comme nous?
Au fond, ce que nous interrogerons, c'est la dimension contradictoire (mais pas nécessairement malheureuse!) de notre désir de vérité, ses enjeux et quelques pistes pour s'efforcer de bien en user dans notre vie... Et nous le ferons à travers quelques approches déterminantes de quelques auteurs, en particulier Platon, Descartes, Kant et Nietzsche.

Rassurez-vous: il n'y a rien à préparer en vue de cette première séance. Aucun savoir particulier ne sera nécessaire pour comprendre le cours! La simple lecture de la thématique a sans doute fait émerger en vous l'état de questionnement qui importe Pour Aristote, le propre de l'état d'esprit philosophique est l'étonnement (je vous en reparlerai). Nous nous étonnerons de cette volonté de vérité dans ses multiples dimensions.Nietzsche extraits Dojo 1.pdf